conte de fées

You are currently browsing the archive for the conte de fées category.

Le film Argo, par Ben Affleck, raconte l’histoire d’un agent de la CIA qui se fait passer pour le producteur d’un film de science-fiction tourné en Iran afin d’exfiltrer des ressortissants canadiens et américains d’une ambassade, faisant passer ces gens pour l’équipe de son film.

argo_1

 

Ulcérés par ce film, les autorités iraniennes ont annoncé qu’elles feraient un film qui racontera leur version des faits, où l’on apprendra que les américains sont fourbes et sans respect. On y verra de faibles femmes (faibles mais dignes) mourir en martyr pour la Révolution.

argo_2

On peut imaginer la suite : une comédie pince-sans-rire qui raconte comment l’acteur principal du film iranien, qui joue le rôle de Ben Affleck qui jouait le rôle d’un agent de la CIA qui s’est fait passer pour un producteur de cinéma profite du fait qu’une partie de l’action est tournée en Norvège pour demander l’asile politique au pays des trolls et des nissen. Caché dans une ferme, il lui arrive tout un tas de trucs drôles car il ne comprend rien au mode de vie des norvégiens et réciproquement.

 

argo_3

Enfin, épuisé d’avoir à essayer des pull-overs tout l’été et révolté par le petit nombre de chaînes de télévision et le fait qu’il ne se passe jamais rien, il décide de se rendre à l’Ambassade d’Iran et termine sa vie en prison.

Rien n’arrête la compagnie Disney, qui après son Space Opera distrayant et familial John Carter s’empare de l’univers de Star Wars, pour le plus grand bonheur des grands et des petits.

L’humour ne sera pas oublié puisque la nouvelle trilogie sera focalisée sur un personnage fantaisiste révélé par La Menace Fantôme, Jar-Jar Binks, auquel s’associe un tout nouveau personnage, son insupportable (mais si drôle) perroquet brésilien Mendoza, qui répète tout ce que dit son sémillant ami, et… en chansons, s’il vous plait !
(Michel Onfray, pour Télé Z)

Plusieurs responsables musulmans ont appelé leurs coreligionnaires à ignorer la publication de caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo.

Pas sûr que tout le monde marche.

Dans un pays où on parle tant d’égalité des droits…

… il serait logique que les morts conservent leurs droits civiques.

Le roi Juan Carlos, 74 ans, espérait distraire son peuple, alors que l’Espagne subit une crise économique importante, en racontant sa cocasse mésaventure : alors qu’il faisait du camping, il s’est cassé la figure et blessé à la hanche. L’anecdote serait peut-être mieux passée si l’histoire ne s’était pas déroulée lors d’une chasse à l’éléphant, au Botswana.

Juan Carlos éléphants

Les Espagnols sont tout de même bien ingrats ! Ils sont tellement focalisés sur leurs mesquines histoires d’argent qu’ils oublient que c’est grâce à la vigilance de Juan Carlos que l’Espagne est épargnée de ce fléau que sont les éléphants en liberté. En effet, en dehors du zoo de Madrid où quelques éléphants d’Asie s’ennuient derrière des grilles, l’Espagne est un pays où l’on peut traverser une rue sans risquer d’être écrasé par un pachyderme.

Jeudi 2 février 2012, le président Nicolas Sarkozy a visité un chantier de logements en construction, car même si tout le monde n’en est pas convaincu, il revendique à présent le logement comme une de ses priorités. Puisque personne ne travaillait ce jour-là (du fait du froid et parce que le chantier ne fait que commencer), les ouvriers du bâtiment avaient été remplacés par des acteurs. Très pros, ces derniers n’ont pas profité de la rencontre pour organiser une manifestation d’intermittents du spectacle en colère. Ce n’est donc que le lendemain, à la radio, que le président a appris qu’on l’avait baladé en hélicoptère pour aller serrer la main à des ouvriers factices.

L’illustration n’a pas de valeur contractuelle, mais l’anecdote est authentique.
Jusqu’à présent, les figurants des déplacements étaient non des acteurs mais des sympathisants UMP. N’en trouve-t-on donc plus aucun ?
Comme bien des monarques avant lui, l’homme du travailler-plus-pour-gagner-plus est devenu le châtelain du tout-va-très-bien-madame-la-marquise, à qui l’on craint de laisser voir que le monde n’obéit pas à ses caprices immédiats ou même, qu’il y a le feu aux écuries.

Le fauve est lâché !
Déçus par la disparition de leur poulain pré-élu DSK, les guignols de Canal+ cessent de faire produire des sons ridicules à la marionnette de François Hollande et cognent à présent sur Martine Aubry.

Plus fort encore, le journal culturel Technikart tente de convaincre son public de jeunes vieux que le mollusque corrézien est « Le candidat le plus barré du PS ».
Cette stratégie par le punk ne peut fonctionner que si le candidat y met un peu du sien, parce que pour l’instant, on ne sent pas le Jean-Louis Costes, le Didier Super ou le Philippe Katerine qui est en lui. Ni même le Michaël Youn. Ni même le Laurent Gerra.

Canal+ et Technikart misent-ils sur un homme nouveau ou sont-ils les laquais de l’oligarchie financière victimes des mauvaises habitudes du monde politico-médiatique qui tente de nous imposer un énième énarque comme chef des amuseurs publics armées ? Nous finirons par le savoir car a priori, le « candidat le plus barré du PS » remportera la primaire de son parti, conformément à ce qu’exigent qu’ont prévu les instituts de sondage.

La guerre, c’est pas toujours une partie de rigolade, et Bernard Henri Lévy en sait quelque chose !

Ci-dessus : « BHL apportant un soutien logistique décisif à des gens qui n’ont jamais entendu parler de l’affaire Botul »

Les preuves d’un coup monté manquent, mais nous sommes en mesure de vous fournir la seule et unique hypothèse plausible.

Le 14 mai 2011, Dominique Strauss-Kahn prenait tranquillement sa douche en s’apprêtant à embarquer en avion. Au même moment, de l’autre côté du mur, des barbouzes ajoutaient au circuit d’eau une puissante dose de testostérone – l’hormone de la séduction, de la libido et de la violence. La mesure ajoutée à l’eau de la douche de Dominique Strauss-Kahn est, selon notre estimation, huit fois supérieure à celle qu’on donne à un étalon rétif à la saillie et trois fois supérieure à celle que prend un cycliste qui s’apprête à grimper le mont Ventoux. Une dose dangereuse, comme n’importe quel journaliste sportif s’étant retrouvé coincé dans la caravane d’un grimpeur « chargé » pourra en attester.

La testostérone n’agit pas très vite par contact avec la peau, mais voilà, qui dit douche dit vapeur. Et Dominique Strauss-Kahn est connu pour aimer prendre sa douche bien chaude et avec beaucoup de vapeur. Consommé en inhalation, le produit monte au cerveau de manière presque instantanée et peut donc commencer à faire effet.
Pendant ce temps, dans le couloir, un barbouze ouvrait la porte de la suite et retirait le panneau « do not disturb » de la poignée, laissant accroire que le client avait fait son « check-out ».

Linda (ce n’est pas son nom mais nous la nommerons ainsi), la plus séduisante employée de l’hôtel, est pressée de finir son travail car elle doit aller chercher son enfant, laissé en nourrice chez une voisine dans le taudis crasseux de Harlem où elle vit et où elle suit un cours par correspondance pour devenir avocate. Les barbouzes qui ont organisé le complot le savent parfaitement. Lorsqu’elle voit la porte de la suite ouverte, la jeune femme se dit : « chic ! je vais pouvoir finir ma journée un quart d’heure plus tôt ». Mais les choses ne tourneront pas de cette manière, comme on sait.
Surpris en plein rut par l’irruption d’une femme qui, si elle n’avait pas été si sérieuse, aurait été playmate, le directeur du fond monétaire international ressent une violente pulsion de reproduction et n’est plus lui-même. Heureusement, la fureur aveugle de l’ex-futur président français est à ce point incontrôlable que la jeune femme parvient à s’enfuir au prix de quelques bleus superficiels et d’une bonne frayeur.

Une fois qu’il a eu repris ses esprits, Dominique se sent triste et vieux, il pense à sa femme, Anne, à qui il avait promis,… il pense à Pierre Moscovici, à Jean-Christophe Cambadélis et à tous les strauss-kahniens qui lui faisaient confiance,…. Il pense à l’euro, il pense au dollar, il pense à la Grèce. Un barbouze en profite pour lui subtiliser son blackberry afin qu’il paraisse s’être enfui précipitamment. C’est la boulette qui remet en cause toute cette opération parfaitement huilée : DSK, qui a fait savoir à l’hôtel qu’il était prêt à prendre l’avion et qu’il ne trouvait plus son téléphone, est arrêté à New York. Le plan initial était qu’il ne soit recherché qu’une fois après avoir embarqué, et qu’il soit donc victime d’un mandat d’arrêt international qui l’aurait empêché de retourner aux États-Unis et aurait définitivement interrompu sa carrière de fonctionnaire international.

À qui profite le crime ? À tout le monde dans son camp et à la plupart de ses adversaires du monde de la politique ou de la finance.  Tout est donc possible, mais le plus probable est un scénario manière « crime de l’orient express ».

Dominique Strauss Kahn éliminé, le prochain présidentiable gênant qui sera éjecté sera sans doute Nicolas Hulot, grâce à la sortie opportune d’une vidéo exclusive qui prouverait que l’engagement écologiste de Nicolas Hulot est assez limité :

Cependant, on n’a pas le droit de l’accuser tant qu’il n’est pas prouvé que c’est vrai. Mais il est bien connu qu’il n’y a pas de fumée sans feu.

« Older entries